Welink Accountants Welink Accountants
Entrepreneur : comment gérer sa comptabilité ?

Entrepreneur : comment gérer sa comptabilité ?

Welink Accountants

Welink Accountants

Vous avez décidé de vous lancer dans le monde de l’entrepreneuriat ? Vous avez opté pour le régime auto-entrepreneur et vous avez fait le bon choix. C’est une excellente entrée en matière, qui vous permettra de découvrir cette nouvelle manière de travailler en douceur.

 

Le régime auto-entrepreneur permet de jouir de nombreux avantages. En effet, au niveau administratif et comptable, les obligations sont allégées pour vous permettre de vous concentrer uniquement sur votre activité dans un premier temps.

 

Toutefois, cela ne veut pas dire que vous n’avez rien à faire. Il existe tout de même certaines obligations incontournables, notamment en comptabilité !

 

Alors comment gérer sa comptabilité lorsqu’on est entrepreneur ? On vous explique !

 

 

 

Sommaire : 

 

1. Les obligations comptables de l’auto-entrepreneur 

  • a. Tenir un livre des recettes 
  • b. Établir un registre des achats
  • c. Avoir un compte bancaire 

2. Est-ce qu'un auto-entrepreneur paye la TVA ?

  • a. Les exceptions

3. Auto entrepreneur qu'est ce que je paye ?

 

 

1. Les obligations comptables de l’auto-entrepreneur 

 

Le régime auto-entrepreneur a pour principal objectif de simplifier la comptabilité et de réduire les charges. Vous profitez par exemple d’une franchise en base de TVA et une simple déclaration à effectuer. Pas besoin d’expert-comptable ou de compte de résultat.

 

Mais vous avez tout de même quelques obligations comptables. 

 

 

Tenir un livre des recettes 

Vous devez tenir un document qui répertorie les recettes réalisées dans le cadre de votre activité. Dans ce document vous pouvez renseigner entre autres : 

  • la date d’encaissement des recettes
  • le numéro de facture 
  • le nom du client
  • la nature de la prestation
  • le tarif
  • le mode de règlement 

 

Ce document doit être tenu de manière chronologique. Il n’y a aucune autre obligation dans la forme, sauf pour les commerçants redevables de la TVA qui doivent utiliser un logiciel de comptabilité certifié.

 

 

Établir un registre des achats

En tant qu’entrepreneur vous pouvez avoir des achats à effectuer, notamment si vous vendez des marchandises ou fournissez des prestations d’hébergement.

 

Vous devez donc tenir un document qui indique : 

  • le date d’achat
  • la référence
  • le fournisseur
  • le prix
  • le mode de paiement

 

Ce document aussi doit être tenu chronologiquement.

 

 

Avoir un compte bancaire 

Vous devez ouvrir un compte bancaire dédié à votre activité dans les 12 mois suivant la création de votre entreprise. Inutile d’ouvrir un compte professionnel, un simple compte courant suffit.

 

Le but est de séparer vos transactions personnelles et professionnelles. 

 

 

2. Est-ce qu'un auto-entrepreneur paye la TVA ?

 

Non, un auto-entrepreneur ne paie pas la TVA, car il bénéficie du dispositif de "franchise en base de TVA". Il ne facture pas la TVA mais ne la déduit pas non plus. 

 

Vous devez donc l’indiquer sur vos factures en marquant : "TVA non applicable, art. 293 B du CGI".

 

 

Les exceptions

Toutefois, il existe des exceptions.

 

Vous pouvez effectivement opter pour un régime réel d'imposition à la TVA, si vous souhaitez par exemple déduire la TVA. Dans ce cas, vous devrez la payer.

 

Il existe cependant des seuils pour bénéficier de la franchise en base de TVA. S’ils sont dépassés vous ne profitez plus de cette exonération :

  • au 1er janvier N si vos chiffres d'affaires des années N-1 et N-2 ont excédé chacun la limite de 85 800€ (sans dépasser 94 300€) pour les activités de vente, ou 34 400€ (sans dépasser 36 500€) pour les prestations de service,
  • Dès le 1er jour du mois de dépassement si au cours de l'année civile, votre chiffre d'affaires excède le seuil de 94 300€ pour les activités de vente et de 36 500€ pour les activités de service.

 

Si vous ne bénéficiez plus de la franchise de TVA, vous devez le signaler à votre service des impôts des entreprises.

 

 

3. Auto-entrepreneur qu'est-ce que je paye ?

 

Vous l’aurez compris, le régime auto-entrepreneur vous simplifie la comptabilité et vous permet de ne pas payer la TVA. 

 

Toutefois, cela ne veut pas dire que vous n’avez rien à payer. Il y a tout de même des cotisations sociales et fiscales, dont vous êtes redevables.

 

Leur calcul est simple, car il s’agit d’un pourcentage fixe appliqué sur votre chiffre d’affaires, en fonction de votre catégorie d’activité.

 

Vous devez déclarer votre chiffre d’affaires tous les mois ou tous les trois mois, au choix, sur le site de l’URSSAF.

 

Vous pourrez ainsi régler directement le montant demandé qui correspond à vos cotisations sociales, la CFP ainsi que votre versement libératoire si vous avez choisi cette option fiscale.

 

Vous n’avez absolument rien à calculer ! Tout est fait automatiquement.



Le régime auto-entrepreneur simplifie grandement la vie des entrepreneurs. C’est un bon moyen de débuter sans être envahi par les démarches administratives et les obligations comptables. 

 

En effet, votre comptabilité est grandement simplifiée et hormis quelques documents de suivi, vous n’avez absolument rien à faire. Bien évidemment, vous devrez déclarer régulièrement votre chiffre d’affaires auprès de l’URSSAF. Vous aurez ainsi à régler le montant automatiquement calculé qui correspond aux cotisations sociales et à l’impôt sur le revenu si vous avez choisi le versement libératoire. Toutefois, si vous respectez les seuils, vous êtes exemptés de TVA, ce qui est un véritable plus !

 

Et pour payer encore moins de taxes, et vous permettre d’évoluer plus librement au début de votre activité, vous pouvez bénéficier de l’ACRE, l’Aide aux Créateurs et Repreneurs d'entreprise. Il s’agit d’un dispositif d’allègement des cotisations sociales, qui s'étale sur la première année d’activité. Renseignez-vous rapidement pour en bénéficier, car la demande doit être effectuée lors du dépôt de la déclaration de création ou de reprise de l'entreprise ou dans les 45 jours suivants.

Vous êtes Expert-comptable ?

Référencez votre cabinet sur le premier guide des experts-comptables & CAC