Welink Accountants Welink Accountants
Qu'est-ce que le plan comptable général ?

Qu'est-ce que le plan comptable général ?

Welink Accountants

Welink Accountants

Vous devez tenir votre comptabilité ? Le plan comptable général ou PCG est un document de référence qui regroupe les règles définissant la pratique de la comptabilité. Ces normes comptables s’appliquent dans toute la France, en vertu des textes légaux rédigés dans le Code du commerce. 

 

Le PCG comptabilité permet de formaliser l’ensemble des règles de présentation des différents comptes que les sociétés doivent respecter par l’intermédiaire d’une nomenclature détaillée. Il  constitue donc un outil essentiel pour la tenue d’une comptabilité d’entreprise.  Voici tout ce qu’il y a à retenir sur ce document-recueil.

 

 

Sommaire :

 

1. Le plan comptable général (PCG) : définition

2. À quoi sert le plan comptable ?

3. De quoi est composé le Plan Comptable Général ?

4. À qui s'applique le Plan Comptable Général ?

5. Quelle est la nomenclature du Plan Général ?

  • a. L’organisation de l’arborescence du PGC
  • b. Exemple de nomenclature complexe
  • c. Autre contenu du PCG comptable
  • d. Utilisation de la nomenclature du plan comptable général

6. Liste des comptes du Plan Comptable Général

  • a. Classe 1 : Comptes de capitaux
  • b. Classe 2 : Comptes d’immobilisations
  • c. Classe 3 : Comptes de stocks et en-cours
  • d. Classe 4 : Comptes de tiers
  • e. Classe 5 : Comptes financiers
  • f. Classe 6 : Comptes de charge
  • g. Classe 7 : Comptes de produit
  • h. Classe 8 : Comptes spéciaux

7. Le Plan Comptable Général et les plans comptables particuliers

8. Que retenir ?

 

 

1. Le plan comptable général (PCG) : définition

 

Avant de tenir une comptabilité, vous devez savoir ce qu'est un plan comptable. Véritable référentiel, le plan comptable général met en exergue les principes qu’il faut respecter afin de tenir une comptabilité. 

 

Ces normes sont définies par le règlement 2014-03 émis par l’Autorité des normes comptables ou ANC. Elles étaient auparavant régies par le règlement n° 99-03 édicté par le Comité de la réglementation comptable (CRC). Le PGC détaille aussi les comptes où sera obligatoirement enregistré l’ensemble des opérations comptables.

 

Les sociétés françaises doivent respecter :

  • les règles comptables et de présentation des comptes ;
  • les règles du compte de résultat ;
  • les règles du bilan ;
  • les règles des annexes et des rapports.

 

Aussi appelé « plan comptable », le plan comptable général établit un listing des numéros de compte que toute entreprise doit utiliser. Cela lui permettra d’enregistrer ses écritures comptables, notamment lors de l’établissement d’un compte de résultat et d’un bilan.

 

Établi par un comptable, un plan comptable constitue un élément de référence pour toute entreprise souhaitant suivre les données de comptabilité relatives à ses différents numéros de compte. Il informe des normes comptables à  respecter pour toutes les personnes morales ou physiques soumises à l'obligation légale d'émettre des comptes annuels. Bien entendu, ce recueil permet surtout de tenir une comptabilité irréprochable si une entreprise veut être en règle.

 

Précision importante : le PCG comptabilité est homologué par arrêté ministériel. Ce document est fréquemment mis à jour. On l’actualise habituellement à chaque début d’année. Cette normalisation permet aux usagers de créer des documents comptables uniformes et facilement lisibles par tous. 

 

Le plan comptable général affiche ainsi une liste assez longue, comprenant plusieurs classes. Ces dernières contiennent chacune différentes sous-classes ainsi que d’autres subdivisions pour être aussi détaillées que possible.

 

La définition du plan comptable général (France) diffère de celle des autres pays (même si ces derniers sont francophones). Par exemple, les cadres comptable et juridique de la Suisse ne ressemblent pas à ceux de la France.

 

 

2. À quoi sert le plan comptable ?

 

Le plan comptable général peut être assimilé à un standard de classification utile pour classer « toutes les rentrées et les sorties » de l’entreprise en matière de ressources et de dépenses. Une structure doit nécessairement générer un plan comptable pour gérer efficacement sa comptabilité. Gage d'une entreprise saine, le PCG comptable rassemble tous ses numéros de compte.

 

Les comptes en question recensent toutes les informations liées aux diverses opérations effectuées par l’entreprise. Il est ainsi possible d’étudier ses écritures comptables ainsi que ses flux, ses dépenses et ses ressources. 

 

Le plan comptable sera utile pour créer des fichiers de contrôle des comptes annuels. Cela permet notamment d’établir un bilan annuel. En saisissant les écritures comptables sur un logiciel professionnel, il est possible d’optimiser ces tâches de gestion.

 

Un plan comptable présente plusieurs avantages stratégiques non négligeables pour générer du profit. Le comptable utilise en effet les données rassemblées pour fournir différents rapports. Étant donné que le plan comptable se révèle être un outil de gestion pratique, ces rapports vous garantissent une assistance indispensable dans la définition de votre stratégie économique et financière. 

 

Autrement dit, ils vous guident dans votre prise de décision. Par exemple, le résultat de ces études permet à tous décisionnaires de société d’adapter leurs dépenses et d’améliorer leur gestion.

 

Le plan comptable général définit les règles comptables utilisées en France tout en formalisant les principes de présentation de comptes. Les entreprises ont en effet l’obligation de respecter ces recommandations en vertu des lois transcrites dans le Code du commerce :

  • création du bilan, du compte de résultat et des annexes ;
  • traduction des règles comptables relatives à leur tenue ;
  • méthode de présentation des comptes annuels et des documents de synthèse à donner ;
  • caractérisation de la nomenclature des comptes à employer pour la tenue d’une comptabilité.

 

Il est à noter que l’établissement d’une comptabilité d’entreprise peut s’accompagner de la tenue d’un livre journal et d’un grand livre. Cette possibilité est édictée par les articles R123-173 et suivant le Code du commerce. Ce code contraint la majorité des entreprises (en fonction de leur régime fiscal) à assurer la tenue d’une comptabilité à partir d’un grand livre et de journaux comptables.

 

On utilisera le grand livre et les journaux comptables pour créer des comptes annuels. C’est pourquoi ils ne doivent présenter aucune erreur. Si tel est le cas, vous risquez de lourdes pénalités (surtout dans le cadre d’un contrôle fiscal). Ces fichiers se servent des classes du PCG.

 

Le grand livre réunit les comptes du plan comptable général dans leur ordre chronologique. Ces comptes seront complétés au fur et à mesure des flux de votre entreprise. Dans cette optique, le PCG comptabilité devient un document d’appui indispensable pour enregistrer correctement toutes vos écritures dans leurs classes et sous-classes associées. 

 

Les journaux, eux, sont établis d’après les opérations de votre entreprise (journal de ventes, journal d’achats, journal de banque, journal de caisse, etc.). Un journal consigne ainsi toutes les écritures qui le concernent : ventes, mouvements d’espèce, immobilisations, opérations bancaires, etc. Cela signifie qu’il peut regrouper plusieurs classes du PCG.

 

 

3. De quoi est composé le Plan Comptable Général ?

 

Le plan comptable général est constitué de tous les comptes fondamentaux pour la tenue d’une comptabilité. Le présent document est subdivisé en plusieurs classes de comptes numérotées. Cette numérotation permet aux sociétés de classer leurs opérations comptables en respectant les réglementations et les normes en vigueur.

 

Parmi ces classes, on retrouve différents comptes associés :

  • Classe 1 : comptes de capitaux de l’entreprise
  • Classe 2 : comptes d'immobilisation
  • Classe 3 : comptes de stocks, et en-cours
  • Classe 4 : comptes de tiers
  • Classe 5 : comptes financiers
  • Classe 6 : comptes de charges
  • Classe 7 : comptes de produits
  • Classe 8 : comptes spéciaux
  • Classe 9 : comptes analytiques (classe rarement utilisée et indépendante des autres classes)

 

Il est à noter que chaque compte possède encore différents sous-comptes.

 

Le PCG comptabilité comporte aussi différentes définitions de l’ensemble des concepts vitaux de la comptabilité. Parmi ces derniers, on distingue :

  • le bilan ;
  • l’actif ;
  • le passif ;
  • le compte de résultat.

 

Ce recueil définit aussi toutes les règles de tenue des comptes ainsi que la classification des divers comptes comptables.

 

Chaque classe est reliée à un concept particulier. Par exemple, les classes 1, 2, 3, 4 et 5 appartiennent au bilan. Les classes 6 et 7 sont par contre rattachées au compte de résultat. La classe 8 est, quant à elle, reliée aux documents annexes. Ces classes de comptes ont aussi la particularité d’être réparties en différentes subdivisions.

 

Concrètement, les classes des comptes 1 à 5 se rapportent aux comptes de bilan dont le rôle est de recenser les valeurs de votre entreprise. Elles mettent aussi en évidence les possessions de votre structure ainsi que ce qu’elle doit à d’autres entités. Ces classes concernent ainsi :

  • les capitaux propres ;
  • les immobilisations financières ;
  • les emprunts ;
  • les dettes ;
  • les provisions ;
  • les autres fonds propres.

 

Les classes des comptes 6 à 7 montrent vos comptes de produits et de charges. Ce sont des comptes de résultat qui vous seront utiles pour définir les résultats de votre entreprise en matière de profits ou de pertes. Ces classes se réfèrent donc aux charges de personnel, aux achats et aux variations de stock. Elles regroupent également vos services extérieurs, votre production stockée, vos taxes et impôts, vos charges, etc.

 

Les comptes de la classe 8 réunissent tous les comptes spéciaux. On distingue notamment :

  • les résultats en instance d’affectation ;
  • les comptes 890 et 891 ;
  • les comptes d’engagement.

 

La classe 8 est destinée à comptabiliser les charges et les produits relatifs aux opérations qui ne relèvent pas de la gestion courante de la structure.

 

 

4. À qui s'applique le Plan Comptable Général ?

 

Le plan comptable général n’est pas obligatoire pour une entreprise, surtout s’il s’agit d’une PME. En se référant toutefois à la loi et au plan comptable général définition, ce document constitue un appui essentiel pour tenir une comptabilité sans erreur. Toutes les entreprises qui s’occupent elles-mêmes de leur comptabilité l’utilisent. Il leur permet de définir quelle nomenclature doit être utilisée lors de l’enregistrement d’une écriture dans les journaux comptables et dans le grand livre.

 

Ainsi, il peut être difficile de tenir sa comptabilité soi-même (surtout si l’on ne sait pas se servir d’un PCG comptabilité). L’intervention et les conseils d’un expert-comptable s’avèrent donc nécessaires pour optimiser l’enregistrement de vos opérations comptables. 

 

Votre objectif principal est de créer une nomenclature complète de vos comptes ainsi qu’un descriptif de vos documents de synthèse annuels. L’idée est de faciliter l’établissement et la présentation de vos comptes annuels. Le plan comptable vous aide alors à fixer les règles relatives à la tenue de votre bilan comptable, de votre compte de résultat ou de votre annexe. Vous pourrez aussi enregistrer vos écritures comptables, qu’il s’agisse de vos ressources ou de vos dépenses.

 

Établi par l’ANC, puis homologué via arrêté ministériel, le PCG comptabilité est le référentiel sur lequel s’appuient les chefs d’entreprise pour réaliser leur comptabilité annuelle. Regroupant les normes comptables appliquées en France, il formalise la façon dont ces acteurs doivent tenir leurs comptes. Ce plan fournit ainsi une description complète de l’ensemble des documents annuels à créer pour l’enregistrement des comptes de leurs sociétés.

 

Le plan comptable représente une aide essentielle pour vous, en tant que dirigeant d’entreprise et pour votre service comptabilité. Il sera plus facile de générer des comptes annuels conformes aux normes comptables. De plus, votre entreprise sera en mesure de parler le même langage que les autres sociétés en matière de comptabilité. La compréhension des informations financières sera ainsi moins complexe pour vos collaborateurs et pour vous.

 

Le PCG comptabilité concerne donc toutes les entreprises ayant l’obligation d’établir leurs comptes annuels en fin d’exercice comptable. Il s’applique :

  • aux sociétés industrielles et commerciales ;
  • aux  sociétés relevant des BIC ;
  • aux  professions libérales percevant des BNC ;
  • aux  associations et aux SCI devant s’acquitter de l’impôt sur les sociétés.

 

Toutes ces entités ont l’obligation de respecter les dispositions indiquées dans le plan comptable général. Cependant, les personnes physiques et les micro-entrepreneurs soumis au régime fiscal réel simplifié n’ont pas besoin de recourir au PCG pour réaliser leur comptabilité.

 

Remarque : certains secteurs d’activité demandent le recours à des schémas comptables particuliers. C’est la raison pour laquelle des plans comptables spécifiques ont été créés. Ils sont notamment utilisés par :

  • les acteurs de l’audiovisuel ;
  • les professionnels de la restauration et de l’hôtellerie ;
  • les promoteurs immobiliers.

 

Vous devez généralement consulter votre chambre syndicale pour connaître si votre secteur d’activité relève d’un plan comptable particulier. D’ailleurs, des adaptations du plan comptable général circulent auprès des entreprises. Ils répondent aux besoins de chaque entité en s’adaptant à des plans comptables particuliers dédiés à certains domaines d’activité. 

 

Ces documents sont utilisables par les promoteurs immobiliers, les sociétés d’assurance, les établissements hôteliers et d’autres acteurs professionnels. Bien entendu, l'application de ces plans est seulement possible si elle n'entre pas en conflit avec le PCG comptabilité.

 

 

5. Quelle est la nomenclature du Plan Général ?

 

Le plan comptable général possède une arborescence qui lui est particulière. Sa nomenclature permet de classer toutes les opérations comptables dans des comptes et des sous-comptes spécifiques. Le PCG représente un véritable outil de travail pour tout comptable, lui permettant ainsi d’enregistrer les opérations de votre entreprise dans les comptes adéquats. Il met en évidence la liste des comptes rattachés aux différentes classes de la comptabilité.

 

 

L’organisation de l’arborescence du PGC

Pour rappel, il existe 9 classes pour enregistrer les différentes écritures comptables d’une société :

  • La classe 1 pour les comptes de capitaux
  • La classe 2 pour les comptes d’immobilisation
  • La classe 3 pour les comptes de stocks et en-cours
  • La classe 4 pour les comptes de tiers (fournisseurs, clients, organismes sociaux, administration fiscale, autres tiers)
  • La classe 5 pour les comptes financiers
  • La classe 6 pour les comptes de charges
  • La classe 7 pour les comptes de produits
  • La classe 8 pour les comptes spéciaux
  • La classe 9 pour les comptes analytiques

 

Les 7 premières classes sont toutes organisées de la même façon. Elles comportent plusieurs subdivisions ayant toutes une fonction particulière. Cela permet d’obtenir des sous-classes indiquées par 2 chiffres, le premier faisant référence au numéro de la classe.

 

Si vous prenez par exemple la classe 5, vous découvrirez qu’elle contient 7 subdivisions. Elles comprennent les comptes, tels que :

  • 51 – « banques, établissements financiers et assimilés » ;
  • 53 – « caisse » ;
  • 59 – « dépréciations des comptes financiers ».

 

Ces sous-classes sont également décomposées en comptes désignés par 3 chiffres, les 2 premiers chiffres faisant référence à la sous-classe. Si vous consultez par exemple la classe 4,  vous avez la sous-classe 40 pour « fournisseurs » et le compte 408 pour « fournisseurs, factures non parvenues ».

 

Les comptes du plan comptable général peuvent aussi être décomposés en sous-comptes à 4 chiffres, les 3 premiers chiffres désignant le compte de référence. La sous-classe 20 de la classe 2 permet par exemple d’enregistrer les immobilisations incorporelles, tandis que la sous-classe 21 les immobilisations corporelles. 

 

Cette dernière se subdivise ensuite en plusieurs comptes et sous-comptes. Vous distinguerez ainsi le sous-compte 2 182 découlant de la sous-classe 21 pour « immobilisations corporelles ». Y seront consignées les immobilisations liées au matériel informatique et au matériel de bureau.

 

 

Exemple de nomenclature complexe

La classe 6 réunit les sous-classes :

  • 60 – « Achats »
  • 61 – « Services extérieurs »
  • 62 – « Autres services extérieurs »
  • 63 – « Impôts, taxes et versements assimilés »
  • 64 – « Charges de personnel »
  • 65 – « Autres charges de gestion courante »
  • 66 – « Charges financières »
  • 67 – « Charges exceptionnelles »
  • 68 – « Dotations aux amortissements, dépréciations et provisions »
  • 69 – « Participation des salariés, impôts sur les bénéfices et assimilés »

 

Il existe ensuite 2 subdivisions pour générer des catégories et des comptes plus spécifiques. La sous-classe 60 regroupe par exemple les comptes et les sous-comptes suivants :

  • 60 – « Achats (sauf 603) »
  • 601 – « Achats stockés - Matières premières (et fournitures) »
  • 6011 – « Matières (ou groupe) A »
  • 6012 – « Matières (ou groupe) B »
  • 6017 – « Fournitures A, B, C »

 

Il est à noter que les entreprises n’ont pas toujours besoin d’être aussi précises dans leur comptabilité. Le système d’enregistrement des opérations comptable peut alors différer d’une entité à une autre. Il peut s’agir :

  • d’un système abrégé utilisant uniquement les comptes composés de 2 chiffres et qui sont exposés en caractères gras ;
  • d’un système de base utilisant uniquement les comptes constitués de 3 chiffres et qui sont exposés en caractères normaux ;
  • d’un système développé utilisant uniquement les comptes à 4 chiffres et qui sont exposés en caractères italiques.

 

Attention ! La numérotation des comptes dans le plan comptable général est encore plus complexe qu’elle ne le paraît.  Aucun des chiffres désignant les subdivisions n’a été choisi au hasard. En reprenant comme exemple la classe 4, le 8 utilisé à la 3e position montre les comptes à affecter à l’enregistrement de vos produits à recevoir et de vos charges à payer. 

 

Vous avez donc 408 pour « Factures fournisseurs non parvenues », 418 pour « Produits clients non encore facturés » ou encore 428 pour « Charges de personnels à payer et produits à recevoir ».

 

 

Autre contenu du PCG comptable

Le plan comptable général se décompose en d’autres parties, en plus des rubriques dédiées aux comptes. Il vous informe des principes généraux à appliquer à vos différents postes des documents de synthèse. Vous y trouverez aussi leurs modalités particulières d’application ainsi que plusieurs modèles de compte annuel. À ces informations s’ajoutent les règles en termes de tenue, de structure et de fonctionnement des comptes.

 

 

Utilisation de la nomenclature du plan comptable général

Après avoir compris les spécificités de l’arborescence du PCG, vous devez placer chacune de vos opérations dans la catégorie adéquate. Pour ce faire, il faut avant tout définir la nature de l’opération comptable. Vous pourrez ensuite identifier la classe au niveau de laquelle sera inscrite cette opération, puis la sous-classe dédiée et le bon compte.

 

Toutefois, vous devez savoir que le plan comptable est amené à évoluer chaque année. Il faudra donc penser à vous procurer la dernière version régulièrement. Vous pouvez l’obtenir auprès d’une librairie ou via un téléchargement par voie électronique. 

 

Il vous est également possible de créer plusieurs sous-comptes en fonction de vos besoins en matière de comptabilité. Cependant, il n’est pas possible de transformer la liste originelle des comptes.

 

Enfin, les comptes annuels de votre entreprise doivent être bien détaillés pour garantir leur enregistrement. Dans le cas où les comptes prévus dans le plan comptable ne suffiraient pas pour consigner vos opérations comptables, il est possible d’ajouter des subdivisions supplémentaires. À l’inverse, il est préférable de regrouper les opérations comptables dans un compte de même niveau si les comptes sont trop précis.

 

 

6. Liste des comptes du Plan Comptable Général

 

 

Le PGC comptabilité liste principalement 8 classes qui sont rattachées à différents comptes.

 

 

Classe 1 : Comptes de capitaux

Cette classe fait référence aux ressources stables de votre entreprise, c’est-à-dire vos capitaux propres, vos emprunts et vos dettes assimilées. Elle concerne aussi vos provisions pour charges et risques ainsi que vos dettes liées à vos participations (dettes assimilées).

  • 10 - Capital et réserves
  • 11 - Report à nouveau (solde créditeur ou débiteur)
  • 12 - Résultat de l’exercice (bénéfice ou perte)
  • 14 - Provisions réglementées
  • 15 - Provisions
  • 16 - Emprunts et dettes assimilées
  • 17 - Dettes rattachées à des participations
  • 18 - Comptes de liaisons des établissements et sociétés de participation

 

 

Classe 2 : Comptes d’immobilisations

Vous trouverez dans cette classe l’ensemble de vos immobilisations financières, incorporelles ou corporelles. Elle inclut aussi vos immobilisations en cours et vos immobilisations mises en concession. 

  • 20 - Immobilisations incorporelles
  • 21 - Immobilisations corporelles
  • 22 - Immobilisations mises en concession
  • 23 - Immobilisations en cours
  • 25 - Parts dans des entreprises liées et créances sur des entreprises liées
  • 26 - Participations et créances rattachées à des participations
  • 27 - Autres immobilisations financières
  • 28 - Amortissements des immobilisations
  • 29 - Dépréciations des immobilisations

 

Cette classe intègre également votre dépréciation et votre amortissement.

 

 

Classe 3 : Comptes de stocks et en-cours

Cette classe rassemble vos stocks de marchandise et de matière première ainsi que vos autres approvisionnements (fournitures consommables notamment). 

 

  • 31 - Matières premières (et fournitures)
  • 32 - Autres approvisionnements
  • 33 - En-cours de production de biens
  • 34 - En-cours de production de services
  • 35 - Stocks de produits
  • 36 - Compte à ouvrir, le cas échéant, sous l’intitulé « stocks provenant d’immobilisations » 
  • 37 - Stocks de marchandises
  • 38 - Stocks en voie d’acheminement, mis en dépôt ou donnés en consignation (en cas d’inventaire permanent en comptabilité générale)
  • 39 - Provisions pour dépréciation des stocks et en-cours

 

Vous pouvez aussi y répertorier vos en-cours de production de services et de biens ainsi que vos dépréciations de stock.

 

 

Classe 4 : Comptes de tiers

Cette classe concerne les dettes et les créances de votre entreprise. Vous pouvez y inscrire vos comptes clients et vos comptes fournisseurs. 

  • 40 - Fournisseurs et comptes rattachés
  • 41 - Clients et comptes rattachés
  • 42 - Personnel et comptes rattachés
  • 43 - Sécurité sociale et autres organismes sociaux
  • 44 - État et autres collectivités publiques
  • 45 - Groupe et associés
  • 46 - Débiteurs divers et créditeurs divers
  • 47 - Comptes transitoires ou d’attente
  • 48 - Comptes de régularisation
  • 49 - Provisions pour dépréciation des comptes de tiers

 

En plus, on y trouve des comptes liés à votre personnel, à vos associés et aux collectivités publiques.

 

 

Classe 5 : Comptes financiers

Elle est assimilée à la trésorerie de votre entreprise. 

  • 50 - Valeurs mobilières de placement
  • 51 - Banques, établissements financiers et assimilés
  • 52 - Instruments de trésorerie
  • 53 - Caisse
  • 54 - Régies d’avance et accréditifs
  • 58 - Virements internes
  • 59 - Provisions pour dépréciation des comptes financiers

 

Vous pouvez y enregistrer vos mouvements de valeurs en liquide ainsi que les opérations effectuées par vos intermédiaires financiers.

 

 

Classe 6 : Comptes de charge

Cette classe présente l’ensemble des acquisitions effectuées par votre entreprise, qui ne représentent pas des immobilisations. Cela inclut vos charges de personnel, vos impôts et vos taxes. 

  • 60 - Achats (sauf 603)
  • 61/62 - Autres charges externes
  • 61 - Services extérieurs
  • 62 - Autres services extérieurs
  • 63 - Impôts, taxes et versements assimilés
  • 64 - Charges de personnel
  • 65 - Autres charges de gestion courante
  • 66 - Charges financières
  • 67 - Charges exceptionnelles
  • 69 - Participation des salariés – impôts sur les bénéfices et assimilés

 

Il vous est également possible d’y inscrire vos services extérieurs ou vos achats et variations de stocks.

 

 

Classe 7 : Comptes de produit

Cette classe fait référence à vos produits financiers et à vos produits exceptionnels. 

  • 70 - Ventes de produits fabriqués, prestations de services, marchandises
  • 71 - Production stockée (ou déstockage)
  • 72 - Production immobilisée
  • 74 - Subventions d’exploitation
  • 75 - Autres produits de gestion courante
  • 76 - Produits financiers
  • 77 - Produits exceptionnels
  • 78 - Reprises sur amortissements et provisions
  • 79 - Transferts de charges

 

Y sont aussi répertoriées votre production stockée et vos subventions d’exploitation.

 

 

Classe 8 : Comptes spéciaux

Cette classe regroupe vos comptes d’engagement. Elle présente aussi les comptes que vous utilisez lors de l’ouverture ou de la fermeture des comptes de votre exercice comptable.

  • 80 - Engagements
  • 88 - Résultat en instance d’affectation
  • 89 - Bilan

 

Remarque : une classe 9 existe et correspond à vos comptes analytiques. Toutefois, elle n’apparaît presque plus dans les plans comptables.

 

Autre point important : le plan comptable général peut s’adapter à certains secteurs d’activité. Les milieux du notariat, de la promotion immobilière et de l’hôtellerie peuvent par exemple suivre un plan comptable particulier (à condition que ce dernier ne soit pas en contradiction avec le PCG).

 

 

7. Le Plan Comptable Général et les plans comptables particuliers

 

Comme son nom l’indique, le plan comptable général est un document général. Ainsi, il n’est pas obligatoirement utilisable pour certains cas particuliers et pour certaines industries ayant des activités spécifiques. Ces dernières peuvent notamment avoir des demandes comptables sortant de la généralité. Concrètement, près de 49 plans comptables professionnels ont été créés pour répondre aux besoins en matière de comptabilité des industries.

 

Ces documents proposent différents comptes supplémentaires adaptés à l’ensemble des secteurs professionnels. On distingue par exemple les huissiers de justice, les organismes de crédit, les sociétés d’assurance, les notaires et les associations. Ces plans comptables dits spéciaux sont régis par l'Autorité des normes comptables (ANC), qui les actualise régulièrement.

 

Voici la liste des plans comptables professionnels créés jusqu’à présent :

  • Administrateurs de biens
  • Aéronautiques et spatiales (industries)
  • Agences et bureaux de voyages
  • Agents immobiliers
  • Bâtiments et travaux publics (plan commun et industries)
  • Boissons (commerces de gros et industries)
  • Eaux minérales (plan commun et distribution)
  • Boissons (grossistes et producteurs)
  • Eaux minérales (plan commun et distribution)
  • Boucherie de détail (commerce)
  • Carrosserie, commerce et réparation automobile, du cycle et du motocycle
  • Casinos
  • Chimiques (industries)
  • Cinéma (plan commun et production)
  • Commerce extérieur (entreprises)
  • Construction électronique et électrique (industries)
  • Coopératives artisanales (sociétés)
  • Coopératives de commerçants détaillants (sociétés)
  • Coopératives de consommateurs
  • Édition
  • Fonderie
  • Hôtellerie
  • Hôtellerie de plein air
  • Imprimerie et industries graphiques
  • Ingénierie, sociétés d’études, ingénieurs-conseils, sociétés de conseils
  • Laiteries (industries)
  • Machinisme agricole (entreprises de distribution et de service)
  • Matériaux de construction (industries de carrières)
  • Matériels de bâtiment de travaux publics et de manutention (réparateurs, loueurs et distributeurs)
  • Mécaniques et transformatrices des métaux (industries)
  • Métaux non ferreux (industries)
  • Meunerie (industries)
  • Phonogrammes (distributeurs, éditeurs, producteurs et fabricants)
  • Presse (entreprises)
  • Produits amylacés (industries)
  • Promoteurs de construction immobilière
  • Publicité (entreprises)
  • Raffinage et distribution des hydrocarbures (industries)
  • Recherche et production des hydrocarbures (industries)
  • Sidérurgie et mines de fer (industries)
  • Spectacles (entreprises)
  • Sucreries, raffineries, distilleries
  • Textile (industries)
  • Théâtres cinématographiques et vidéographiques (plan commun et salle de cinéma)
  • Transports maritimes
  • Transports routiers de voyageurs, de marchandises, et les activités auxiliaires du transport, transports et activités auxiliaires
  • Travaux publics (plan commun et industries)
  • Verre (industries)
  • Viande (industrie et commerce de bétail)
  • Vidéographie (plan commun et édition)

 

 

8. Que retenir ?

Plus qu’un simple document, le PCG ou plan comptable général revêt une grande importance pour les sociétés (de toutes tailles et de toutes catégories). Il permet d’optimiser les tâches comptables. Il facilite aussi les prises de décision. Bien évidemment, il est indispensable de connaître les différents comptes ainsi que les différentes classes des comptes pour utiliser le PCG à bon escient.

Vous êtes Expert-comptable ?

Référencez votre cabinet sur le premier guide des experts-comptables & CAC