Welink Accountants Welink Accountants
Qu'est-ce que l'amortissement d'une immobilisation ?

Qu'est-ce que l'amortissement d'une immobilisation ?

Welink Accountants

Welink Accountants

Lorsqu’une entreprise fait l’acquisition d’un bien, elle doit déterminer sa valeur sur la durée. En effet, celle-ci va diminuer avec les années, car le bien se déprécie du fait de l’utilisation ou bien tout simplement du temps qui passe. 

 

Pour effectuer un suivi comptable approprié, il est important que l’amortissement de cette immobilisation soit calculé chaque année.

 

Mais qu'est-ce que l'amortissement comptable d’une immobilisation ? Comment le calculer ? Et pourquoi est-ce nécessaire d’amortir un bien ? On vous explique tout.

 

 

Sommaire : 

 

1. Qu'est-ce que l'amortissement d'une immobilisation ?

  • a. Comment est fixée la durée d’amortissement ?
  • b. Comment la traduire en comptabilité ?
  • c. Quelles immobilisations amortir ?

2. Comment calculer l’amortissement des immobilisations ?

  • a. L’amortissement linéaire
  • b. L’amortissement dégressif
  • c. Le tableau d’amortissement

3. Pourquoi amortir une immobilisation ?

 

 

 

1. Qu'est-ce que l'amortissement d'une immobilisation ?

 

L’amortissement d’une immobilisation correspond à une perte de valeur d’un bien. Celle-ci peut-être due à une usure du fait de son utilisation, de son obsolescence ou tout simplement du temps. 

 

Ce bien va se déprécier, c’est-à-dire qu’au fur et à mesure, il sera de plus en plus difficile de le vendre à un prix proche de celui d’achat. On appelle cette dépréciation l’amortissement. 

 

Il s'agit donc d’une manière de répartir sa valeur. L’objectif est d’amortir le bien sur toute la durée, au rythme de son utilisation. 

 

 

Comment est fixée la durée d’amortissement ?

Lors de l’achat d’un bien par une entreprise, on fixe la durée d’amortissement comptable de ce dernier. Il s’agit d’une estimation de la durée pendant laquelle, cette immobilisation va profiter à l’activité de l’entreprise. 

 

Ainsi, en divisant le prix d’achat par le nombre d’années, on obtient la dépréciation annuelle du bien.

 

Mais cette durée dépend de la nature du bien acquis. C’est généralement à l’entreprise de l’estimer en fonction de son utilisation. 

 

Voici quelques exemples de durées d'amortissement :

  • Automobiles : 4 à 5 ans
  • Mobilier : 10 ans
  • Outillage : 5 à 10 ans
  • Ordinateurs : 3 ans
  • Bâtiments industriels : 20 ans
  • Bâtiments commerciaux : 20 à 50 ans

 

Une fois cette durée de vie écoulée, le bien sera totalement déprécié. Sa valeur comptable sera nulle.

 

 

Comment la traduire en comptabilité ?

En comptabilité, la charge liée est nommée dotation aux amortissements. Elle est non décaissée, il n’y a pas d’impact sur la trésorerie. Il s’agit seulement de la perte de valeur comptable de l’immobilisation.

 

 

Quelles immobilisations amortir ?

Est considérée comme une immobilisation, un bien destiné à servir de façon durable dans le cadre d’une activité de l’entreprise. On distingue les immobilisations corporelles, incorporelles et financières.

 

Cependant seules les immobilisations corporelles, sauf les terrains et les œuvres d’art, ainsi que certaines immobilisations incorporelles sont amortissables. De plus, elles doivent faire partie du patrimoine depuis plus d’un an et avoir une valeur unitaire supérieure à 500€HT. 

 

De leur côté les immobilisations financières ne font pas l’objet d’amortissement comptable, mais peuvent être dépréciées.

 

 

2. Comment calculer l’amortissement des immobilisations ?

 

L’amortissement d’une immobilisation dépend de sa nature et de son utilisation. Cependant, les entreprises doivent respecter les durées d’usage fiscalement admises. Seules certaines PME peuvent en être exemptées sous conditions. 

 

Il existe de nombreuses techniques de calcul pour l’amortissement. Toutefois, nous vous présentons ici les deux méthodes principales.

 

 

L’amortissement linéaire

Pour ce calcul, on définit une annuité constante. Celle-ci sera appliquée tous les ans sur la valeur du bien, jusqu’à la vente ou la dépréciation totale. 

 

C’est la méthode classique, car les annuités sont réparties de manière équitable sur la période d’utilisation. Elle présente l’avantage d’alléger le compte de résultat de l’entreprise.

 

Le taux d’amortissement linéaire est un pourcentage qui s’obtient grâce à ce calcul :

 

T = 100 / I 

 

Avec : 

T = Taux linéaire

I = Durée d’immobilisation

 

L’annuité se calcule ainsi :

A = V x T x (Nb de jours d’utilisation/360)

 

Avec :

A = Annuité 

V =Valeur d’origine HT

 

Dans ce cas, le calcul doit être réalisé dès la mise en service du bien.

 

 

L’amortissement dégressif

Mais l'amortissement comptable peut aussi être calculé de manière dégressive. Ainsi, les annuités seront plus importantes lors des premières années de mise en service du bien et décroissent avec sa dépréciation.

 

Cette méthode présente l’avantage d’offrir un avantage fiscal non négligeable, du fait des unités plus importantes au début qu’à la fin. Les dotations aux amortissements étant plus élevées, cela réduit le résultat imposable de l’entreprise et donc les impôts qui en découlent.

 

Ces annuités sont calculées à partir du taux linéaire : Tl = 100 / I 

 

Celui-ci est ensuite multiplié par un coefficient fixé par la loi, qui varie selon la durée d’utilisation :

  • 3 à 4 ans d’utilisation : 1.25
  • 5 à 6 ans d’utilisation : 1.75
  • 6 ans d’utilisation ou plus : 2.25

 

Le taux dégressif se calcule donc ainsi :

 

 Td = Tl x coefficient

 

Avec : 

Td = Taux dégressif

Tl = Taux linéaire

 

On calcule aussi la valeur nette comptable de l’immobilisation (VNC), qui diminue au fil des années. Elle représente la valeur comptable du bien à un instant T.

 

VNC = V - ΣA

 

Avec :

VNC = Valeur nette comptable

V = Valeur d’achat

ΣA = Ensemble des amortissements

 

Le calcul doit être réalisé à partir du premier jour du mois de l’acquisition de l’immobilisation, contrairement à la méthode linéaire qui démarre à la date de mise en service. Même si un bien est acheté en janvier, mais mis en service uniquement en mars, le calcul doit être fait à partir du 1er janvier. 

 

 

Le tableau d’amortissement

Peu importe la méthode choisie, on utilise ensuite un tableau qui permet d'identifier clairement en fonction de l’année :

  • le taux 
  • la valeur restante à amortir
  • le montant de l’annuité
  • les annuités cumulées
  • la valeur nette comptable

 

 

3. Pourquoi amortir une immobilisation ?

 

Il est important d’amortir une immobilisation afin de déduire cette valeur de votre résultat comptable. 

 

C’est d’autant plus utile en cas de cession. Lors d’une vente, l’amortissement comptable peut vous permettre de réaliser une plus-value non négligeable.

 

Imaginons une machine achetée 5000€, il y a 2 ans. Vous avez fixé son amortissement à 1000€ par an. Sa valeur comptable est donc de 3000€. Mais si vous la vendez 3500€, vous réalisez ainsi une plus-value. Celle-ci est cependant imposable, comme n’importe quelle recette.

 

Quoi qu’il en soit, amortir un bien vous permet de réduire votre bénéfice imposable, en augmentant vos charges. C’est un élément indispensable de votre bilan comptable. Au minimum, vous devez opter pour la méthode linéaire qui vous permet de calculer simplement l’amortissement comptable de votre bien, en vous basant sur sa durée de vie estimée. 

Vous êtes Expert-comptable ?

Référencez votre cabinet sur le premier guide des experts-comptables & CAC